La fougasse d’Aigues-Mortes

Alors là.. alors là… si vous ne connaissez-pas, vous ratez quelque chose. Bon, c’est vrai, il faut aimer la fleur d’oranger, sinon c’est rapé. Mais quel délice ! C’est même Miss Lolotte, qui n’est pas vraiment amatrice de desserts parfumés à la fleur d’oranger, qui m’a demandé de lui faire cette fougasse.p1060985 p1060983Aigues-Mortes est une très jolie cité médiévale, située à quelques encablures de la maison. Le fief de Saint-Louis est très sympa à voir aux beaux jours, et abrite quelques restaurants qui valent le détour… mais mieux vaut réserver, car dès que le soleil pointe le bout de son nez, il y a foule dans les rues.

Lorsque nous avons acheté sur le marché local quelques parts de fougasse, Mister Tom est tombé littéralement raide-dingue de cette brioche unique. Bon, c’est vrai, quand on en goûte, on prend immédiatement quelques kilos supplémentaires sur les hanches, car outre la farine et la fleur d’oranger, il y a quand même pas mal de sucre et de beurre… Mais faire des bonnes choses sans bons ingrédients, ça n’existe pas ! ou alors, c’est un leurre dont il n’est même pas utile de parler…

Comme beaucoup de bonnes choses, les recettes de « Fougasse d’Aigues-Mortes » sont nombreuses et diffèrent beaucoup de par leur conception et les ingrédients. Toutefois, il me semble que j’ai réussi à trouver ici, chez Jamais sans mon superbol, la recette qui s’approche le plus de celle qu’on trouve dans la cité du Roi Louis IX.

  • 500 g de farine T 45
  • 3 œufs
  • 60 g de sucre + 80 g pour la finition
  • 100 g de beurre ramolli + 50 g pour la finition
  • 2 c.à.c. de levure de boulanger déshydratée (ou 20 g de levure fraîche)
  • 5 c.à.s. d’eau de fleur d’oranger
  • 150 g de lait
  • 1,5 c.à.c. de sel

(la veille) Dans un petit bol, mettre la levure de boulanger avec un peu de lait prélevé sur la quantité indiquée. Saupoudrer d’un peu de farine (également prélevée) et d’une c.à.c. de sucre. Laisser la levure se réveiller tranquillement pendant une dizaine de minutes.

Pendant ce temps, dans la cuve de votre robot munie du crochet à pétrin, mettre la farine, et le restant des 60 g sucre, et mélanger.

Dans un bol, peser les 3 œufs, la levure délayée et le restant de lait tiède jusqu’à obtenir précisément 315 g

Incorporer ce mélange œufs/levure/lait dans la farine et pétrir durant 5 bonnes minutes. Rajouter le sel et les 100 g de beurre ramolli coupé en petits morceaux, et poursuivre le pétrissage à nouveau pendant 5 minutes, jusqu’à obtenir une pâte bien homogène et lisse.

Couvrir la cuve d’un torchon humide et laisser lever jusqu’à ce que la pâte double de volume, pendant 1h30 environ dans un endroit chaud (+/- 25°) : four préchauffé puis éteint, dessus d’un radiateur ou autre…

Rabattre la pâte pour qu’elle retrouve son volume initial, recouvrir d’un film alimentaire et laisser placer le récipient au frais toute une nuit.

(Le lendemain) Sortir la pâte du réfrigérateur et laisser la se réveiller doucement durant 30 minutes.

Découper une feuille de papier cuisson aux dimensions du lèche-frite. Verser la pâte sur la feuille et, à l’aide du rouleau à pâtisserie, étendre la pâte en grand rectangle aux dimensions de la feuille.

Mettre le tout (papier cuisson/pâte) sur le lèche-frite, et laisser à nouveau lever la pâte : au bout d’une heure, elle doit avoir doublé, voire triplé de volume.

Préchauffer le four à 180°C (Th. 6)

Faire des petits creux sur toute la surface de la pâte, remplir ces creux d’eau de fleur d’oranger et parsemer de petits morceaux de beurre (50 g).

p1060962Saupoudrer de sucre (en conserver pour après la cuisson) et enfourner durant 20 minutes.

En fin de cuisson, vaporiser généreusement d’eau de fleur d’oranger et saupoudrer du restant de sucre en poudre.

p1060966Se conserve quelques jours, à l’abri dans une boite hermétique ou du papier aluminium… si toutefois il en reste !

Advertisements

5 réflexions au sujet de « La fougasse d’Aigues-Mortes »

  1. C’est rigolo, j’en ai faite une samedi! j’adooooooore ça!
    En revanche ma recette n’est pas la même que la tienne…

  2. Ping : Fougasse à l’oignon et aux lardons | Les mains dans la farine

  3. Ping : Focaccia aux pommes de terre, tomates et romarin | Les mains dans la farine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s