Mini Christmas pudding

On connait bien nos voisins britanniques pour leurs incontournables puddings : il y en a pour tous les goûts. Et, à mon avis, le plus emblématique d’entre tous, est le Christmas Pudding. DSC_1673C’est un dessert assez original dans la mesure où on le prépare très longtemps à l’avance, à Stir-up Sunday (« dimanche du mélange » : 5 semaines avant Noël soit cette année le 23 novembre), qu’il cuit très longtemps au bain-marie (pas moins de 8h00 !), et qu’il se garde très longtemps (plusieurs semaines, voire mois) hors du réfrigérateur et ceci sans crainte aucune !

Je ne veux pas vous infliger une telle corvée, car tout au long des 8h00 de cuisson, il faut « réapprovisionner » le bain-marie en eau bouillante, et ce toutes les demi-heures ! Inutile de vous dire que, si ce jour là, vous aviez décidé de vous la jouer en mode « farniente totale », vous faites une croix dessus !DSC_1671

Donc, pour simplifier l’histoire, ici je vous propose une petite version « Mini Christmas Pudding » c.à.d. en parts individuelles qui ne nécessitent que 1h30/2h00 de cuisson, selon la taille de vos moules. Pour ma part, j’utilise ceux-ci, mais il est évident que vous aurez autre chose dans vos placards !

Côté pratique de l’affaire : vous préparez ça tranquillement chez vous, et à Noël, vous pourrez vous dire que, question dessert, no stress, it’s already ready ! (traduction : pas de panique, c’est déjà prêt).

Pour 6 mini Christmas pudding (∅ 8 cm)

  • 100 g de raisins blonds
  • 100 g de raisins secs
  • 50 g de figues séchées
  • 50 g d’abricots secs
  • 50 g d’écorces d’oranges amères
  • 1 orange non traitée
  • 15 cl de cognac (pour moi : remplacé par du rhum)
  • 100 g de beurre ramolli
  • 70 g de miel
  • 50 g de sucre roux
  • 2 œufs
  • 90 g de farine
  • 1 c.à.c. de levure chimique
  • 180 g de chapelure fraiche (faite avec du pain de mie frais sans la croûte)
  • 25 g d’amandes émondées
  • 25 g de noix
  • 1 pomme
  • 1 c.à.c. rase de quatre-épices
  • 1 c.à.c. rase de gingembre en poudre
  • 1 pincée de sel
  • de la ficelle de cuisine
  • qsp beurre pour les moules

(la veille)

Laver et sécher l’orange. Zester la peau, puis presser le jus.

Couper les figues, les abricots secs et les écorces d’orange amère en petits dès.

A l’aide d’un grand couteau de cuisine, concasser les amandes et les noix.

Dans un saladier, mettre les morceaux de figues, abricots secs et écorces d’orange amère, les morceaux d’amandes et de noix, ainsi que les raisins blonds, les raisins secs, le zeste et le jus de l’orange.

Rajouter le cognac, mélanger, couvrir et laisser reposer une nuit.

(le lendemain, le « Stir Sunday »)

Couper le pain de mie en petits morceaux, puis le mettre dans le bol du mixeur et mixer jusqu’à obtenir une chapelure fraiche très fine. Réserver.

Tamiser ensemble la farine et la levure chimique, la pincée de sel et les épices. Réserver.

Couper la pomme en petits dès. Réserver.

Dans le mixeur, verser la moitié des fruits ayant macéré dans l’alcool, et mixer en purée grossière.

Dans un grand saladier, à l’aide d’une fourchette, malaxer le beurre ramolli, le miel et le sucre jusqu’à l’obtention d’une consistance mousseuse.

Incorporer un par un les œufs, et bien mélanger à l’aide d’un fouet.

Ajouter ensuite la farine tamisée et la chapelure fraiche, puis les morceaux de pomme, la purée de fruits mixés et le reste de fruits secs macérés. Bien mélanger à la spatule.

Préchauffer le four à 180°C (Th. 6)..

Dans une grand casserole, faire chauffer de l’eau jusqu’à ébullition.

Beurrer les petits moules. Verser la pâte dans les moules.

Couper autant de carrés de papier cuisson que de moules, et le double de carrés de papier aluminium.

Couvrir chaque moule d’une feuille de papier cuisson, puis de 2 feuilles de papier aluminium de façon à bien recouvrir la surface des moules. Ficeler les moules (comme vous le feriez pour emballer un paquet).

Mettre les moules dans un plat allant au four, et verser l’eau bouillante jusqu’à mi-hauteur.

Enfourner durant 1h45 (+/- 15 mn, selon la taille des moules).

Ces puddings se conservent durant 1 mois dans un endroit frais et sec. Dans ce cas, veiller à remplacer les papiers cuisson et aluminium de la cuisson. Au moment de servir, refaire chauffer les puddings pendant 30 minutes dans un four préchauffé à 180°C. Servir avec une sauce anglaise ou du « brandy butter » (sauce au beurre et au sucre, aromatisée au cognac).

 

Publicités

Amaretti aux abricots secs

Les amaretti, petits biscuits italiens, sont un peu le « pendant » de nos macarons nationaux. On y retrouve les mêmes ingrédients de base, mais ici, le goût de l’amande est sublimé par la présence d’amande amère.DSC_1318Quand Monsieur rentre du boulot, et passe devant la table du séjour en disant : « oh, mais c’est bon ce truc », « eh, mais c’est que c’est sacrément bon ! », et qu’il en mange 2 ou 3 en quelques secondes, là, je me dis que j’ai bien fait de les faire, ces amaretti !DSC_1319En général, il est vrai que les amaretti sont uniquement réalisés avec de l’amande douce et de l’amande amère… mais pourquoi pas rajouter un peu de fruité à cette douceur italienne ? J’avoue avoir aimé l’idée d’incorporer des abricots, tout simplement parce que ça se marie à merveille avec l’amande. 

Ce n’est pas Monsieur qui vous dira le contraire : il a même « menacé » (!!!) de piquer la part de Mister Tom. Si après ça, il ose encore affirmer qu’il n’est pas gourmand …

Nota : pour les pointilleux sur l’orthographe … non, je n’ai pas fait de fautes : amaretti (sans « s ») est tout simplement le pluriel d’amaretto. Et toc !

(Recette extraite du magazine Yummy)

Pour une 50e d’amaretti

  • 450 g d’amandes en poudre
  • 180 g de sucre
  • 60 g de sucre glace
  • 1/4 c.à.c. d’extrait d’amande amère
  • 3 blancs d’œufs
  • 120 g d’abricots secs
  • 90 g d’amandes effilées
  • qsp sucre glace pour saupoudrer

Dans le bol d’un robot mixeur, mettre les abricots secs et les mixer grossièrement. Réserver.

Tamiser ensemble la poudre d’amandes, le sucre et le sucre glace.

Verser ce mélange dans le bol du robot mixeur et mixer quelques secondes jusqu’à obtenir une poudre fine.

Ajouter l’extrait d’amande amère et 1 blanc d’œuf. Mixer à nouveau. Tout en continuant à mixer, rajouter l’un après l’autre les 2 blancs d’œufs restants, en veillant à ce que le premier blanc d’œuf soit bien incorporé à la pâte avant de verser le dernier.

Ôter le couteau du robot, verser les abricots mixés sur la pâte et mélanger à la main.

Envelopper la pâte dans un film alimentaire et réserver au réfrigérateur durant 1h00.

Préchauffer le four à 150°C (Th. 5).

Disposer des feuilles de cuisson sur 2 plaques de four.

Prélever 25 g de pâte, et former une boule en roulant la pâte dans la paume des mains. Enrober la pâte d’amandes effilées, l’écraser légèrement avec la paume de la main.

Continuer ainsi jusqu’à épuisement de la pâte, en disposant au fur à mesure les amaretti sur les feuilles de cuisson.

Enfourner durant 25 minutes.

Laisser refroidir avant de rouler les biscuits dans un peu de sucre glace.

Et avec ça, je vous sers un petit expresso bien serré ? buono appetito !DSC_1322

Cake aux fruits et au vinaigre « Vinegar fruit cake »

Si, si, je vous vois ! Je vous vois très bien, là, devant votre écran, en train de faire une de vos fabuleuses grimaces, et ce simplement à la lecture des mots « cake » et « vinaigre ». Dans tout esprit franco-franchouillard, ces 2 entités ne peuvent pas être assemblées… et pourtant ! DSC_1197

Si j’avais voulu être une roublarde, j’aurais simplement mentionné « Cake aux fruits », mais il faut bien rendre à César ce qui lui appartient… enfin, plutôt à la couronne britannique, car le « Vinegar fruit cake » fait partie du patrimoine culinaire britannique. C’est notamment un héritage de la 1er et 2e guerres mondiales durant lesquelles les cuisinières ne pouvaient pas se procurer facilement certains ingrédients.DSC_1201

L’alchimie opérée entre le vinaigre et le bicarbonate apporte une réelle légèreté à ce cake et, n’ayez crainte, on ne sent absolument pas la présence de vinaigre. Pour preuve : lorsque j’ai servi ce cake, j’ai demandé à Mister Tom s’il goûtait quelque chose de particulier. Même question posée à Monsieur. Les deux m’ont répondu par la négative et ont été très surpris. Ce cake est léger et moelleux, ce qui en fait un allié idéal en toutes occasions : petit-déjeuner (n’est-ce pas, Mister Tom ?), goûter, en-cas …

Cette recette est tirée de la publication « Yummy », mais j’ai voulu y rajouter un peu de moelleux en rajoutant des abricots secs… Un vrai régal !

Pour un moule de 20 à 23 cm

  • 335 g de farine
  • 125 g de beurre demi-sel ramolli
  • 200 g de raisins secs sultanines (blonds)
  • 100 g d’abricots secs
  • 18 cl de lait
  • 1 c.à.c. de bicarbonate de soude alimentaire
  • 2 c.à.s. de vinaigre de cidre
  • 3 œufs
  • 135 g de sucre cassonade
  • qsp beurre pour le moule

Beurrer le moule.

Préchauffer le four à 165°C (Th. 5/6).

Couper les abricots secs en petits dès.

Dans un grand bol, mélanger le lait, le vinaigre et le bicarbonate : le mélange va légèrement mousser.

Dans un saladier, verser la farine et incorporer le beurre ramolli jusqu’à la formation d’un mélange à l’aspect sableux. Ajouter les raisins et les abricots, et bien mélanger.

Dans un autre saladier, fouetter les œufs avec le sucre. Incorporer le mélange lait/vinaigre/bicarbonate, et bien mélanger.

Verser ce mélange sur la farine, et mélanger à l’aide d’une maryse (ou spatule), jusqu’à ce que l’appareil soit homogène.

Verser dans le moule et enfourner durant 35 à 40 minutes.

A l’issue du temps de cuisson, démouler et laisser refroidir sur une grille.

 

Tarte rustique à l’abricot

Là, cette fois, ça sent la fin : je n’ai plus d’abricots ! Je viens d’utiliser les derniers pour cette tarte, et maintenant, il va falloir patienter jusqu’à l’année prochaine…Tarte rustique abricot3Miss Lolotte étant invitée chez une amie, il était hors de question, voire même inconcevable qu’elle débarque là-bas les mains vides. A notre âge, on apporte des bouteilles de vin (il faut dire que dans la région, ça ne manque pas !), mais à 15 ans, on va être un peu plus sage et se rabattre sur une bonne tarte rustique.Tarte rustique abricot2

Il faut croire que ça a été apprécié, puisque la maman m’a envoyée un message, sitôt le repas terminé, pour me dire que ce dessert était très, très bon, pas du tout acide comme elle pensait au départ en voyant les abricots.

C’est vrai qu’il m’est aussi arrivée de manger des desserts à base d’abricots, pas assez sucrés pour être appréciés. Et pourtant, dans cette tarte, je n’ai pas eu l’impression de sucrer à outrance. Mais il est vrai que comme c’était mes derniers abricots de la saison, ils ont largement eu le temps de bien mûrir sur l’arbre…

Il va sans dire que cette tarte peut facilement être réalisée avec d’autres fruits, je pense notamment aux mûres ou aux figues…

(extrait de « Tartes Maison » de Larousse)

Pour la pâte

  • 300 g de farine
  • 80 g de sucre
  • 180 g de beurre salé
  • 50 g d’eau glacée

Pour la garniture

  • 750 g d’abricots
  • 50 g de sucre
  • 50 g d’amandes en poudre
  • 4 c.à.s. de confiture d’orange (ou d’abricots)
  • 1 jaune d’œuf
  • 1 c.à.s. de lait
  • 2 c.à.s. d’amandes effilées
  • 3 c.à.s. de sucre cassonade

La pâte

Couper le beurre en petits morceaux.

Dans la cuve du robot muni de l’ustensile « feuille » (ou bien à la main), mélanger la farine et le sucre.

Incorporer le beurre et mélanger jusqu’à obtenir une consistance granuleuse (le beurre doit être totalement incorporé).

Verser l’eau glacée et pétrir la pâte rapidement, jusqu’à ce que toute l’eau soit incorporée et que la pâte soit lisse.

Mettre la pâte dans un film alimentaire (on peut l’étaler en un petit carré) avant de la mettre au réfrigérateur durant 30 minutes minimum.

Laver, sécher et dénoyauter les abricots, avant de les couper en lamelles.

La garniture

Dans un grand saladier, mélanger les lamelles d’abricots, le sucre, la poudre d’amandes et la confiture.

La finition

Préchauffer le four à 200°C (th.6/7).

Abaisser la pâte sur un plan de travail légèrement fariné, en un disque de 10 ou 15 cm plus grand que le diamètre du moule, sur 5 mm d’épaisseur.

Chemiser le moule avec du papier cuisson.

Déposer la pâte dans le moule, en laissant déborder l’excédent de pâte (pour plus de facilité pendant cette manœuvre, enrouler sans serrer la pâte autour d’un rouleau pâtissier, puis dérouler la pâte au-dessus du moule).

Étaler la garniture sur le fond de pâte.

Rabattre la pâte sur la garniture, sans recouvrir totalement.

Mélanger le jaune d’œuf et le lait et à l’aide d’un pinceau culinaire, badigeonner la pâte.

Saupoudrer de sucre cassonade et d’amandes effilées.

Enfourner durant 35 à 40 minutes : la pâte doit être dorée, et la garniture doit être cuite.

Cette tarte se déguste aussi bien tiède que froide.Tarte rustique abricot1