Les bunyetes catalanes

Aaah, les bunyetes (se prononce « bougnettes »)… ! Dès que je suis arrivée en pays catalan de ma Belgique natale, j’ai adoré ce petit beignet, craquant en plaine du Roussillon, plus moelleux dans le Vallespir… Je me souviens qu’une boulangerie de Millas en faisait tout le long de l’hiver et lorsqu’on redescendait le dimanche soir des pistes de ski, on s’arrêtait très souvent en acheter. Et étant donné le souvenir que j’ai du nombre de voitures stationnées en double file, on ne devait pas être les seuls !DSC_1941

Habituellement, cette spécialité traditionnelle catalane se déguste à Mardi Gras ou à Pâques. Et, chauvinisme local oblige, même si on les trouve sur tout le territoire catalan, du Conflent à la Côte Rocheuse, en passant par le Cerdagne, le Capcir et le Vallespir, ces beignets ne s’appelent pas partout de la même façon. Outre les « bunyetes », vous rencontrez les « bunyols », les « crespells » ou encore les « oreillettes ».DSC_1930

Mais peu importe le petit nom qu’on leur donne, la recette est la même pour tous et si, à l’ancienne, elle nécessitait un vrai coup de main (pâte étalée sur un torchon posé sur les genoux), aujourd’hui, je simplifie vraiment la donne pour en faire quand même un bon petit beignet à déguster au coin du feu, accompagné (pourquoi pas ?) d’un muscat ou d’un Banyuls.DSC_1940

Et comme disent les catalans : « Bon profit ! ».

Pour environ 40 bunyetes

  • 500 g + 200 g de farine
  • 4 œufs
  • 100 g de sucre
  • 20 g de levure fraîche
  • 10 cl de lait
  • 125 g de beurre
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 6 cl d’eau de fleur d’oranger
  • 2 pincées de sel
  • 2 citrons non traités (facultatif)
  • huile de friture

Laver et sécher les citrons. Prélever leurs zestes. Réserver.

Faire tiédir le lait (+/- 20/25°C) et y émietter la levure fraîche. Réserver.

Faire fondre le beurre à feu doux. Réserver.

Dans un saladier, fouetter les œufs en omelette, puis y rajouter l’eau de fleur d’oranger, le beurre fondu, les sucres, le sel et enfin les zestes de citron.

Dans la cuve du robot muni de l’ustensile « feuille » (sinon, à la main), mettre 500 g de farine puis y ajouter le mélange œufs/fleur d’orange/beurre/sucre/zestes.

Incorporer ensuite le mélange lait/levure et pétrir la pâte durant 10 à 12 min. (si pétrissage manuel : 25 à 30 min.). Rajouter 1 c.à.s. de farine si la pâte est trop collante. Continuer ainsi en rajoutant de temps en temps 1 c.à.s. de farine, jusqu’à obtenir une pâte lisse, et élastique, qui ne colle plus aux parois. (Attention : rajouter ce surplus de farine de façon très progressive : la pâte ne doit pas être trop sèche).

Recouvrir la cuve avec un torchon propre (sans toucher la pâte) et laisser lever jusqu’à ce que la pâte double de volume, pendant 3 à 4h environ dans un endroit chaud (+/- 25°) : four préchauffé puis éteint, dessus d’un radiateur ou autre…

Disposer une feuille de cuisson sur le plan de travail (évite l’adhérence de la pâte). Prélever 40 g de pâte, façonner une boulet et déposer la boule de pâte sur la feuille de cuisson. Continuer jusqu’à épuisement de la pâte.

A l’aide d’un papier essui-tout imbibé d’huile, huiler légèrement le plan de travail. Déposer une boule de pâte, huiler le dessus de la boule, et à l’aide du rouleau pâtissier, étaler cette pâte le plus finement possible. Autre possibilité : huiler un peu ses mains, et étirer la pâte avec les doigts.

Verser de l’huile dans un faitout ou une friteuse.

Mettre un disque de pâte à cuire dans l’huile de friture : laisser dorer une face avant de retourner pour finir la cuisson sur l’autre face. Les bunyetes doivent être juste dorées. (Attention : ça va très vite). Égoutter et déposer sur un papier absorbant avant de saupoudrer de sucre. Continuer ainsi de suite jusqu’à ce que toutes les boules de pâte soient étirées et cuites.

Conserver les bunyetes sous un torchon avant de les déguster.DSC_1933

 

Publicités

Sablés à la noisette… spécial Pâques

Aujourd’hui, je sais que vous n’avez pas le temps, alors ce sera juste une petite recette vite faite – bien faite. Demain, toute la famille débarque chez vous : parents, frères, sœurs, oncles, tantes, cousins, neveux… et on peut peut-être aussi rajouter la grande-tante du cousin Alfred qu’on n’a pas vu depuis des décennies (qui ? Alfred ou la grande-tante ?).DSC_0114

Bref, tout ceci parce que je vous sais dans vos préparatifs culinaires pour ces fêtes pascales… L’occasion, comme à Noël, d’avoir de grandes tablées plus ou moins enthousiasmées de se retrouver, de déguster tout un tas de plats et de desserts, sans bien sûr oublier le passage o-bli-gé des cloches et donc des œufs de Pâques.DSC_0115

Alors, je vous souhaite tout simplement de vous régaler en famille, de vous régaler à table et … enfin, bref, de vous régaler « tout court » !

Joyeuses PâquesDSC_0116

Petits sablés à la noisette

  • 225 g de beurre ramolli
  • 100 g de sucre en poudre
  • 200 g de farine
  • 100 g de poudre de noisettes

Dans le bol d’un robot muni de l’ustensile « feuille » (ou à la main), mélanger le beurre avec le sucre.

Incorporer la farine, puis la poudre d’amandes. Continuer à mélanger les ingrédients jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Envelopper la pâte dans un film alimentaire et réserver au réfrigérateur durant 2h au moins (voire une nuit).

Préchauffer le four à 140°C (Th. 5).

Retravailler légèrement la pâte pour l’assouplir.

Fleurer un plan de travail. A l’aide d’un rouleau pâtissier, étaler la pâte légèrement farinée.

A l’aide d’un emporte-pièce (ou avec un couteau), détailler des morceaux de pâte de la forme de votre choix. Pétrir à nouveau rapidement à la main les chutes de pâte, et répéter l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

Déposer les sablés sur une plaque de four recouverte de papier cuisson, en les espaçant légèrement.

Enfourner durant 30 minutes.

A l’issue du temps de cuisson, laisser refroidir sur une grille.

Attention : ces sablés sont fragiles car très friables.DSC_0119DSC_0123

 

Hot cross buns

J’adore l’Angleterre, Big Ben, Laura Asley, l’Irish Coffee, Harrods et… les hot cross buns ! Haaaa… je suis sûre que vous ne connaissez pas ces petites merveilles. Les hot cross buns sont des petits pains réalisés à base d’épices, de fruits confits (agrumes), de raisins secs, et très reconnaissables grâce à leur croix sur le dessus. On les sert traditionnellement tièdes, avec du beurre et de la confiture.Hot cross buns1

La consommation de ces petits pains n’a longtemps été autorisée qu’à Pâques, pour le Good Friday (Vendredi Saint), voire à Noël. D’ailleurs, la fameuse petite croix sur le dessus serait une symbolique de la chrétienté…Certains la font avec de la pâte, d’autres avec un glaçage, ou encore simplement en réalisant directement une croix dans le buns avant d’enfourner, comme j’ai fait. Ceci ne change en rien le goût, juste peut-être l’esthétique.Hot cross buns3

Les hot cross buns véhiculent beaucoup de croyances populaires anglo-saxonnes, telles que celle-ci, que j’aime bien : partager un hot cross bun avec quelqu’un garantit l’amitié pendant l’année à venir, sous condition de dire en même temps « Half for you and half for me, between us two shall goodwill be  » (une moitié pour moi et une moitié pour toi, entre nous l’entente régnera)…Hot cross buns5Sur ces bons mots, je n’ai qu’une chose à vous dire : « Happy Easter » !

Pour une quinzaine de buns

  • 450 g de farine
  • 1 c.à.c. de sel
  • 1/4 c.à.c. de 4 épices (composé de muscade, girofle, gingembre, cannelle)
  • 1/4 c.à.c. de cannelle
  • 1 sachet de levure boulangère déshydratée (11 g)
  • 1 c.à.s. de levain déshydraté (facultatif)
  • 50 g de sucre
  • 100 g de raisins secs
  • 50 g d’écorce d’oranges confites
  • 15 cl de lait
  • 5 cl d’eau
  • 2 œufs
  • 50 g de beurre

Tailler l’écorce d’oranges confites en brunoise (petits dès).

Battre légèrement 1 œuf en omelette.

Faire fondre le beurre.

Faire tiédir ensemble l’eau et le lait (20°C)

Dans un grand saladier, mettre ensemble la farine, le sel, les épices (4 épices + cannelle) et le sucre. Mélanger puis ajouter la levure, la brunoise d’écorce d’oranges confites et les raisins secs. Mélanger à nouveau.

Verser au centre le mélange eau/lait, l’œuf battu et le beurre fondu.

Mélanger rapidement tous les ingrédients dans le saladier puis verser la pâte sur un plan de travail légèrement fariné.

Travailler la pâte à la main, en incorporant bien tous les éléments. Au départ, la pâte est bien collante, puis à force de la manipuler, elle va devenir bien lisse et élastique.

Déposer la pâte dans un saladier propre, recouvrir celui-ci d’un film alimentaire et laisser lever pendant 1h00 environ dans un endroit chaud (+/- 25°) : four préchauffé puis éteint, dessus d’un radiateur ou autre…

A l’issue de ce temps, la pâte aura doublé de volume. Dégazer la pâte (enfoncer le poing pour ôter l’air), puis la peser.

Former des petits pains de 80 g à l’aspect régulier et légèrement carrée, et les poser en les espaçant sur une plaque de four recouverte de papier cuisson (2 plaques sont nécessaires).

A l’aide d’un couteau bien aiguisé, inciser une croix sur le dessus de chaque bun.

Recouvrir les plaques d’un torchon propre et laisser à nouveau lever la pâte durant 30 minutes.

Préchauffer le four à 200°C (Th. 6/7).

Mélanger 1 blanc d’œuf avec du sucre glace jusqu’à obtenir une pâte relativement épaisse. Mettre dans une petite poche à douille (ou petite poche de congélation), couper une fine pointe, et dresser sur la croix incisée dans les buns.

Alternative : faire une pâte en mélangeant 50 g de farine avec un peu d’eau, étaler finement et couper des bandes à poser sur les incisions en croix, en prenant soin de les humecter pour qu’elles adhèrent.

Enfourner les buns durant 15 minutes.

Pendant ce temps, préparer le sirop de glaçage en faisant bouillir 2 c.à.s. de sucre avec 2 c.à.s. d’eau, jusqu’à obtention d’un liquide épais et sirupeux.

A la fin du temps de cuisson, sortir les hot cross buns du four, les déposer sur une grille et à l’aide d’un pinceau de cuisine, badigeonner la surface avec le sirop.

Laisser tiédir avant de déguster, accompagné de beurre et de confiture.

Nota : s’il en reste, dégustez les hot cross buns le lendemain en les passant quelques secondes au micro-ondes ou au grille-pain.

Hot cross buns4images

Panna cotta au chocolat blanc et ananas caramélisé

On sort tout doucement, mais vraiment tout doucement de l’hiver. Ici, dans le sud, alors qu’on est habitué à voir du grand soleil, celui-ci brille par son absence depuis quelques mois. Les températures sont chaudes, mais le ciel est d’un gris épouvantable !P1090924

Pour remonter le moral, rien de mieux qu’un petit dessert aux accents tropicaux : une panna cotta au chocolat blanc, avec une compotée d’ananas caramélisé et des tuiles de sésame. Et ça, à défaut de l’avoir dans le ciel, ça vous apporte un peu de soleil à table.

C’est frais (la panna cotta) et c’est gourmand (l’ananas caramélisé) et c’est croquant (tuiles de sésame) : idéal pour les repas qui trainent un peu en longueur et où, quand arrive le moment du dessert, on a envie de quelque chose de frais. Essayez : vous l’adopterez !

Pour 6 personnes

Pour la panna cotta

  • 50 cl de crème liquide entière
  • 150 g de chocolat blanc de couverture (pour moi : Ivoire de Valrhona)
  • 100 g de sucre
  • 2 feuilles de gélatine
  • 1 gousse de vanille

Pour la compotée d’ananas

  • 25 g de beurre
  • 1/2 ananas frais
  • 70 g de sucre
  • 2 c.à.s. de miel

Pour les tuiles de sésame

  • 70 g de sucre glace
  • 25 g de graine de sésame blanc
  • 20 g de farine
  • 20 g de beurre
  • 2,5 cl de jus d’orange

La panna cotta

Mettre les feuilles de gélatine à ramollir dans un peu d’eau froide.

Fendre la gousse de vanille en 2 et récupérer les graines.

En cas d’utilisation d’une tablette, couper le chocolat en petits morceaux.

Dans une casserole, faire chauffer la crème liquide avec la gousse, les graines de vanille et le sucre.

Dès ébullition, ôter la crème du feu, enlever la gousse de vanille et incorporer le chocolat blanc. Mélanger vivement à la maryse (spatule) pour le faire fondre.

Égoutter la gélatine en la pressant entre les mains, et l’ajouter à la crème chocolatée. Fouetter jusqu’à dissolution complète.

Verser la panna cotta dans des petites verrines, et réserver au réfrigérateur durant 2h00 minimum, le temps nécessaire pour que la crème se fige.

La compotée d’ananas

A l’aide d’un couteau à dents, couper la tête et le pied de l’ananas. Placer l’ananas debout et couper l’écorce sur les côtés de haut en bas. S’il reste des yeux, les prélever à l’aide de la pointe d’un couteau d’office ou d’un économe.

Couper l’ananas en 2 et retirer le cœur de chaque moitié (découper un V de haut en bas le long du cœur)

Trancher finement l’ananas, puis le tailler en brunoise (petits cubes).

Faire fondre le beurre dans une poêle : dès qu’il commence à mousser, verser la brunoise d’ananas et saisir quelques minutes à feu vif pour le dorer légèrement.

Baisser le feu, et saupoudrer le sucre sur l’ananas. Rajouter le miel et laisser caraméliser l’ensemble durant 10 minutes : l’ananas doit être fondant, légèrement doré et caramélisé.

Laisser refroidir puis garnir les verrines d’ananas caramélisé.

Les tuiles de sésame

Faire fondre le beurre. Incorporer le sucre glace, la farine, les graines de sésame et le jus d’orange, puis mettre au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 200°C (Th. 6/7).

Sur une plaque de four recouverte de papier cuisson, déposer des petits tas de pâte (ø 3 cm) en les espaçant suffisamment : la pâte va s’étaler lors de la cuisson.

Enfourner durant 7 à 8 minutes (à surveiller, selon le four) : ôter les tuiles du four dès qu’elles commencent à dorer. Retirer le papier cuisson de la plaque. Attendre que les tuiles refroidissent un peu puis leur donner éventuellement une forme arrondie en les faisant refroidir totalement sur un rouleau pâtissier, par exemple.

Au moment de servir, déposer une tuile de sésame sur l’ananas caramélisé dans la verrine.

Enjoy !